r

oo

MON CV EN IMAGES


Je travaille au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM), où je suis ingénieur de recherche. Le LAM est une unité mixte de recherche du CNRS rattachée à l'OSU Marseille-Provence. Mon domaine d'activité est celui de l'instrumentation scientifique. Je participe au développement d'instruments d'observation astronomique embarqués sur satellites. Je suis responsable de l'intégration des systèmes optiques et de leur réglage, et je suis chargé de la définition des plans de tests et d'étalonnages des instruments et de leur mise en oeuvre. Voici en quelques grandes étapes marquantes les projets qui ont jalonné le fil de ma carrière depuis 1973...

Satellite D2B

Lancé en septembre 1975 par une fusée Diamant depuis la base de Kourou (Guyane). Satellite d'observations astronomiques dans l'ultra-violet.

Mes premiers pas dans l'aventure spatiale dés 1973. Mon labo s'appelle alors le Laboratoire d'Astronomie Spatiale (LAS).

Je participe aux réglages optiques des instrument EAS (à gauche ) et ELZ, et à l'étalonnage de ces photomètres. Il n'y a pas encore de CCD, et le dépouillement des données est laborieux sans PC! Durée du développement au LAS, 4 ans.

Satellite Hipparcos

HIPPARCOS, premier satellite d’astrométrie est lancé en août 1989 depuis la base de Kourou. Il fournit les coordonnées célestes et les composantes de mouvement de près de 120 000 étoiles avec une précision 10 à 100 fois plus grande que les mesures effectuées par des instruments au sol.
Près de 2,5 millions d’étoiles ont ainsi été cartographiées dans notre galaxie.

Je travaille sur la simulation et les tests optiques de la grille d'analyse pour l'instrument. Je participe au développement d'un banc de mesures optiques qui permettra de caractériser la réponse du système de mesure en conditions réelles; mesures extrêmement sensibles aux vibrations et qui nécessiteront quelques semaines de mise au point. Il s'agit de 'couper les photons en quatre'...

Hubble Space Télescope

Le télescope Hubble (HST) est lancé en Avril 1990 par la navette Discovery depuis la base de Cap Canaveral (USA). Il a été conçu pour faire des observations dans le domaine de la lumière visible et dans une partie des bandes ultraviolettes et infrarouges. Ses performances prometteuses, en imagerie haute résolution, sont affectées par un défaut du miroir principal (2,4 mètres de diamètre).

Une grande aventure spatiale, mais aussi humaine des plus passionnantes. Je participe à la campagne d'étalonnage de la Faint Object Camera (FOC) l'instrument de l'ESA pour le télescope spatial. Plus d'une tonne et demi de matériel, à transplanter sur les installations de la NASA, sera nécessaire. la FOC est une caméra très haute résolution pour le proche UV, le visible et le proche infrarouge. J'effectue, avec d'autres ingénieurs du labo, un séjour de deux mois et demi à la NASA (Washington, D.C).

Satellite ISO

Lancé en Décembre 1995 par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) depuis Kourou, le satellite ISO est un observatoire spatial spécialement dédié à l'étude du rayonnement infrarouge émis par les objets astronomiques, afin de récolter des informations uniques sur la composition moléculaire et la structure des objets les plus lointains.
Un autre grand projet avec l'instrument LWS développé au LAS. Je participe à son design mécanique et optique. Je suis chargé du plan de réglage et de tests optiques. J'effectue l'intégration et les réglages optiques de cet instrument réalisé entièrement en aluminium (structure et miroirs). Durée du développement au LAS, 6 ans.

Hubble - mission de réparation

La première mission de service du Télescope spatial en Décembre 1993. Accomplie par l'équipage de la navette Endeavour, elle avait pour principal objectif de corriger le défaut du miroir. Il souffrait depuis sa mise en orbite d'un défaut de courbure qui rendait inexécutables certains programmes d'observation. Pour corriger ce défaut, la NASA a mis au point le COSTAR que les astronautes ont installé à la place d'un photomètre.

Nouvelles études pour réaliser un simulateur de télescope permettant de reproduire l'aberration sphérique de son miroir principal afin de tester le correcteur optique COSTAR fabriqué aux USA. Le simulateur développé au LAS sera envoyé et utilisé, cette fois, chez Ball Aerospace à Boulder (Colorado).

(Non, ce n'est pas moi sur la photo ;-)

Satellite Odin

Le satellite a été lancé en Mars 1999 par un lanceur russe START-1, depuis Svobodny en Russie. L'objectif astronomique du projet ODIN est la détection des molécules d'eau et d'oxygène dans le domaine des longueurs d'ondes sub-millimétriques

 

Pour ce projet, je suis responsable du design optique et j'assure l'intégration et les tests optiques de l'instrument. Il s'agit cette fois d'un spectromètre acousto-optique travaillant dans le domaine des ondes sub-millimétriques, une première expérience de ce type pour le labo. Durée du développement au LAS, 5ans.

Satellite Rosetta

Le lancement du satellite de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) a eu lieu le 2 Mars 2004 par un lanceur Ariane 5. La Mission ROSETTA a pour objectif l'étude de la comète Churyumov Gerasimenko avec laquelle la sonde a rendez-vous en Août 2014. Le satellite suivra pendant plusieurs mois la comète dont il deviendra un satellite artificiel...


La NAC (Narrow angle Camera,à droite) est une caméra haute résolution destinée à étudier l'activité du noyau de la comète et à cartographier sa surface. L'originalité de cet instrument est sa structure et ses miroirs réalisés en céramique (SiC). Je participe à l'étude mécanique de la caméra, et je suis responsable des activités optiques d'intégration et de réglages. Le syndrome 'Hubble' me met la pression pour le réglage final de l'optique, car il n'y a pas de refocalisation en vol...Je suis en charge du plan de tests et d'étalonnages ainsi que de l'étude des moyens optiques mis en oeuvre. Durée du développement au LAM, 7 ans.

Satellite Herschel

Herschel sera lancé en 2007 par Ariane 5 depuis Kourou. Le satellite Herschel est un observatoire spatial de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) qui fournira à la communauté scientifique un moyen unique d'explorer une partie méconnue du spectre sub-millimétrique et lointain infrarouge.
SPIRE (à gauche) est un instrument de nouvelle génération qui succède à ISO. Structure et miroirs sont entièrement en aluminium pour permettre à l'instrument de fonctionner à quelques degrés Kelvin. Là aussi ma participation au projet concerne l'intégration et le contrôle de l'alignement des composants optiques, ce qui a nécessité le développement de bancs optiques spécifiques pour les tests optiques d'alignement à la température ambiante ainsi qu'en froid dans le cryostat de test qui a été développé par les anglais.

 

Ma photo, ici ...mais bon, je préfèrerai rester incognito!